LE ZEN RINZAI

Moines du temple du Daitoku-ji

Le bouddhisme zen

Le zen est un courant spirituel issu du bouddhisme chinois, importé au Japon par deux moines, Eisai, en 1191, et Dôgen, en 1227. Sa doctrine se rattache à l'école chinoise de chan, créée au VIIe siècle qui se fonde sur le rôle central accordé à la méditation, exercice spirituel dont le terme absolu est pour le disciple l’éveil (satori).

A la suite du chan, le zen souligne la relativité des écritures et privilégie les relations directes entre le maître et l'élève. Le zen connut un succès immédiat au Japon. Les grands monastères devinrent des foyers artistiques et intellectuels très actifs.

L’école rinzai

Eisai partit en Chine suivre les enseignements du linji, courant de pensée fidèle aux traditions du chan de l'Ecole du sud. Il parvint le premier au Japon où il prit le nom de rinzai. Le disciple rinzai désireux d'atteindre l'état d'éveil de l'esprit (satori) pratique une méditation active, nommée kannazen, composée de méditation assise (zazen) et d'échange avec le maître (rôshi). Lors d'entretiens réguliers, le maître pose à son disciple des questions paradoxales (kôan), afin de déconcerter sa pensée logique et de ramener son esprit à la pure intuition. Une autre méthode d'enseignement de la doctrine rinzai, que l’on retrouve dans les autres écoles, est la déclamation de sûtra.